reportage en Grande Garabagne  (sélection)

sur un texte de Henry Michaux

vibres    cordobes    kalakiès    assouline    empereur Dovobo    postface

  DOVOBO, EMPEREUR      DE GRANDE GARABAGNE

Contre toute attente, Dovobo, par la mort de son père, de sa mère, de ses frères, de ses oncles et de douze de ses cousins, fut porté aux fonctions, plus honorifiques d'ailleurs que réelles, d'empereur de Grande Garabagne.

Ce sauvage n'avait jamais paru à la Cour. Il entra dans la capitale, comme un furieux, sur un cheval dangereux et qui paraissait dopé.

Il se laissa habiller, mécontent et muet.

A la fin de la cérémonie, ayant reçu tous les insignes, il se leva, comme s'il allait prononcer un discours, se rassit et poussa un profond soupir. Il y eut parmi les courtisans quelques murmures. Il se releva, les regarda d'un oeil qui ne disait rien de bon, se rassit et rota.

( 55 x 39,5 cm )

     accueil        photographies        vidéo         installations        spectacles        textes